Mein Kampf

 

Les droits de Mein Kampf sont actuellement détenus par le Land de Bavière et tomberont dans le domaine public du droit d’auteur à compter de 2016.  Cette œuvre est un véritable « Best-seller » puisqu’à la fin du IIIe Reich, 12 millions d’exemplaires avaient été publiés en Allemagne, elle exerce une fascination internationale : c’est par exemple un des livres les plus vendus chaque année en Inde. Le caractère violent de cet ouvrage est incontestable comme le montre Antoine Vitkine, auteur du film Mein Kampf, c’était écrit : « on a cru qu’Hitler était fou et on ne l’a pas pris au sérieux. Il y a aussi une dimension psychologique. Comment peut-on croire à quelque chose d’aussi effrayant ? ». Ainsi il n’est pas certain que cette situation ne puisse se reproduire, que des esprits vulnérables ne puissent à nouveau être séduits par ce discours. Cet ouvrage a fait ses preuves en ajoutant un support écrit à l’idéologie oratoire véhiculée par Hitler et ses disciples, en fortifiant ce régime nazi en place. Comment écarter l’éventualité que cette œuvre puisse exercer à nouveau une fascination et inciter à la commission d’actes délictueux ou criminels ?

Si l’on partait du postulat selon lequel la diffusion de Mein Kampf sur internet se révélait s’inscrire dans une actualité nationale ou internationale sous tension eu égard à l’antisémitisme, en ce cas, la question se poserait sans doute de savoir s’il ne conviendrait pas de prévenir ce potentiel phénomène sociologique de haine conformément à ce que préconise déjà la Cour d’appel de Paris en date du 11 juillet 1979. Celle-ci a considéré que la réédition de la version intégrale de Mein Kampf devait être précédée d’un avertissement/mise en perspective/mise en contexte aux lecteurs rappelant qu’elle fut la réalité des crimes nazis, tels que constatés par le Tribunal de Nuremberg.

A titre d’exemple de passage haineux de Mein Kampf qui pourrait mériter de recourir à un une mise en perspective, on peut citer : « on ne se représente pas les ravages que la contamination par le sang juif cause quotidiennement dans notre race, que l’on réfléchisse que cet emprisonnement du sang ne pourra être guéri que dans des siècles ou jamais…Cette contamination pestilentielle de notre sang que ne savent pas voir des centaines de milliers de nos concitoyens est pratiquée aujourd’hui systématiquement par les juifs. Systématiquement ces parasites aux cheveux noirs qui vivent aux dépens de notre peuple souillent nos jeunes filles inexpérimentées et causent ainsi des ravages que rien en ce monde ne pourra plus compenser [1]».


[1] Hitler, Mein Kampf, p. 289 (passage repris par Me Fabrice Epstein, deuxième Secrétaire de la Conférence du Barreau de Paris, dans son magnifique discours de la Rentrée solennelle de la conférence du 2 décembre 2011 consacrée à Louis-Ferdinand Céline).

 

 

 

Projet de Résolution – Prévention de la Haine

1.  Motivation du Projet

En 2016, le texte de Mein Kampf commencera à tomber dans le domaine public. Aujourd’hui, les droits d’auteurs sont détenus par le Land de Bavière en Allemagne.

Cette bible nazie distribuée à des dizaines de millions d’exemplaires connait une diffusion qui sera aggravée par la fin des droits d’auteurs en fin 2015.

De moins en moins de jeunes connaissent et mesurent les conséquences que la propagande nazie, utilisant le texte de Mein Kampf a permis comme destruction en Europe et au-delà

Les risques est le suivant : à l’heure de la fin de la survivance des témoins directs de la montée du nazisme et de la deuxième guerre mondiale.

Manifester sa position au sujet l’éducation face à la haine,  de montrer une voix unie contre les anti valeurs de l’hitlérisme.

Internet est une zone à responsabiliser.  Il importe de montrer que l’on peut se positionner de manière pédagogique et sans censure au sujet de l’internet.

Rappeler nos valeurs dans des temps troublés et 70 ans après la fin du conflit qui a constitué une brisure de l’histoire est plus que jamais nécessaire.

2.        Résumé du projet

Propositions dégagés par une Initiative qui a donné lieu à un Forum public le 11/10/2011 :

  1. Encourage les opérateurs à offrir une édition critique de Mein Kampf pour privilégier la critique et la mise en perspective historique plutôt que la diffusion de versions dans des traductions effectuées à l’époque pré nazie et nazie.
  2. Encourager les opérateurs/éditeurs papier et internet à utiliser une signalétique indiquant que le contenu contient de la haine
  3. Encourager les opérateurs/éditeurs papier et internet à apposer une signalétique pour garantir que leurs site, édition, plateforme est dépourvue de contenu haineux et xénophobe
  4. Encourager les éditeurs qui ne présenteraient pas d’édition critique de livre de haine tel que Mein Kampf à renoncer à tirer profit de ce type de mise à disposition de contenu haineux
  5. Création d’un Observatoire de prévention de la Haine afin de réfléchir en temps réel et en indépendance aux questions relative à la diffusion de la haine et la définition de la haine en diffusion concernant les textes d’Hitler et au-delà de ces textes.

3.       Proposition de résolution

Extrait : « PROPOSITION DE RESOLUTION

En conséquence les signataires déclarent résolument inviter les Etats et les acteurs de l’édition et de l’Internet à poursuivre les objectifs suivants :

1.        Rééditer le texte de Mein Kampf en édition pédagogique multilingue et commentée, porteur d’une prévention sous forme d’introduction historique et d’une mise en perspective aux lecteurs avec renvoi au site internet de l’Observatoire de la Prévention de la Haine

2.        Offrir l’option d’une signalétique de reconnaissance des éditions et des sites comportant une telle prévention concernant Mein Kampf

3.        Aider à la création d’une signalétique anti-haine, tout particulièrement pour la protection de la jeunesse à la disposition des éditeurs et gestionnaires de contenu en ligne pour identifier les éditions et sites qui rejettent et n’incluent pas de dissémination de la haine xénophobe sous toutes ses formes au sein de leurs contenus

4.        Créer un Observatoire de la Prévention de la Haine

et dès lors : 

1.        permettre un accès large, documenté et informé pour tous lecteurs et sur tous médias, des conséquences de la propagande suscitée notamment entre 1923 et 1945 par la diffusion du texte de Mein Kampf ;  

2.        impliquer les acteurs des secteurs de l’édition papier, de l’édition numérique pour qu’ils informent activement les lecteurs et les internautes et les incitent à mieux comprendre l’histoire et mieux appréhender les méfaits de la propagande raciste, xénophobes et antisémite, pour éviter que de telles persécutions et anéantissements programmés (des juifs, des tziganes, des handicapés physiques et mentaux, des homosexuels, des personnes souffrant de maladies incurables, etc.) ne se reproduisent, ni n’inspirent de nouvelles causes ou mouvements contraires aux valeurs fondamentales des droits de l’homme ;  

3.        inciter les acteurs et opérateurs de l’Internet à mettre en œuvre des moyens techniques adaptés permettant aux Internautes d’identifier les sites qui se conforment à la présente Déclaration (et en particulier à l’insertion de l’Avertissement Unifié) en relation avec le texte de Mein Kampf ou ses succédanés ;

4.        décourager la possibilité de tronquer ou édulcorer le texte de Mein Kampf dans toutes ses versions, qui altérerait la portée ou la signification du texte original ;

5.        soutenir fermement les valeurs et les principes inscrits dans la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union européenne et les traités, et à procéder sans attendre à une analyse la plus exhaustive possible de la situation dans tous les États membres et au-delà quant à la diffusion de Mein Kampf et d’autres textes autres textes porteurs de haine raciale ou d’appels à la destruction de groupe d’individus en raison de leur appartenance

6.        Rappeler l’existence des droits fondamentaux à la liberté de l’expression, la polémique, la parodie et la critique;

7.        mettre à jour régulièrement l’Avertissement Unifié, afin de prendre en compte le langage et la pédagogie la plus appropriée à la date de sa diffusion ;

8.        encourager la rédaction d’éditions et de traductions insérant l’Avertissement Unifié, annotées et pédagogiques, permettant un accès informé au texte, et prévenant les lecteurs des conditions de publication et de diffusion de Mein Kampf et de la manière dont ses théories ont été mises en œuvre entre 1933 et 1945 ;

9.        Offrir l’option d’une signalétique (normes) pour identifier les éditions et sites qui rejettent la dissémination de la haine xénophobe sous toutes ses formes.

10.     mettre en place un Observatoire de la Prévention de la Haine qui aura notamment pour mission de mesurer et d’expliciter la réception du texte de Mein Kampf, d’assurer le suivi de l’insertion de l’Avertissement Unifié dans les différents pays, et de surveiller la dissémination d’autres textes porteurs de haine raciste ou de stigmatisation à visée violente de groupes d’individus et d’avertir les autorités des constats observés ; L’Observatoire de la Prévention de la Haine est appelé à émettre des recommandations de prévention de l’intolérance pour dissuader les thèses haineuses qui encouragent ou induisent la commission de meurtres pour des motifs d’intolérance; l’Observatoire de la Tolérance proposera le contenu et les modes d’apposition du label de prévention de la haine et ses adaptations utiles en fonction des supports et des contenus.

11.     entamer une réflexion commune à partir des conclusions annuelles de l’Observatoire de la Prévention de la Haine au sujet de la diffusion de Mein Kampf  et au sujet d’autres textes porteurs de haine raciste ou de stigmatisation à visée violente de groupes d’individus ;

12.     faire entrer en vigueur ces principes dès que possible, et en tous les cas avant le 16 novembre [2012] (date anniversaire de la Journée européenne de la Tolérance). « 

 

4.       Compatibilité avec la liberté de l’expression / Caractère non contraignant

Le projet est un encouragement solennel à l’auto régulation avec le soutien et l’affirmation de la volonté des élus et gouvernements.

Le projet est aussi une occasion unique de réfléchir de manière nouvelle à la responsabilité et l’éducation des jeunes générations sur internet et les enjeux de la neutralité de l’internet vis-à-vis des appels aux crimes et à la violence.

5.       Renseignements sur l’Initiative de Prévention de la Haine

 

 

contact@hateprevention.org

Renseignements : www.hateprevention.org